20 novembre 2009

Quelques Notes traduites

QUELQUES EXTRAITS DES NOTAS (1954) DE NICOLAS GOMEZ DAVILA. (page 11) Peu de choses meurent aussi vite que les idées, et peu de cadavres inspirent une telle indifférence (…) (p 11) Le livre qui ne divertit, ni ne charme, court le risque de perdre le seul lecteur intelligent : celui qui cherche son plaisir dans la lecture et seulement son plaisir. (…) (p 13) (…) L’humanité est d’une étonnante indifférence envers tout ce qui ne menace pas son existence mais se contente de la... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 06:47 - - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2009

Extraits d'Escolios I

EXTRAITS du tome 1 des ESCOLIOS, 1977choisis et traduits par Philippe Billé. (30) Les sociétés se distinguent uniquement par le statut de leurs esclaves et le nom qu’elles leur donnent. (51) On appelle bonne éducation les habitudes provenant du respect du supérieur transformées en rapport entre égaux. (65) La noblesse humaine est l’oeuvre que le temps cisèle parfois dans notre ignominie quotidienne. (79) Aucune ville ne révèle sa beauté tant que la parcourt son torrent... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:46 - - Permalien [#]
Tags :
24 décembre 2009

Extraits d'Escolios II

EXTRAITS du tome 2 des ESCOLIOS…, 1977choisis et traduits par Philippe Billé. (Page 9) La déduction philosophique est l’art de transformer une observation exacte, mais limitée, en un système gl obal, mais faux. (13) L’individu ne naît pas pour «découvrir» et «exprimer» le spectre embryonnaire de son âme.            Mais pour inféoder sa personne au maître le plus noble qu’il rencontrera. (14) Il y a des âmes que l’absolution ne lave pas, mais qui salissent les absolutions. (22)... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 20:31 - - Permalien [#]
26 décembre 2009

Extraits de Nuevos escolios I

EXTRAITS du tome 1 des NUEVOS ESCOLIOS…, 1986choisis et traduits par Philippe Billé. (page 5) Je marche dans les ténèbres.     Mais je me guide à l’odeur des genêts. (12) Mourir en exil est la garantie que l’on n’a pas été tout à fait médiocre. (19) La lecture est une drogue inégalable car elle nous permet d’échapper, plus qu’à la médiocrité de nos vies, à la médiocrité de nos âmes. (25) Dans les époques aristocratiques, ce qui a de la valeur n’a pas de prix ; dans les époques démocratiques, ce qui... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:36 - - Permalien [#]
Tags :
27 décembre 2009

Extraits de Nuevos escolios II

EXTRAITS du tome 2 des NUEVOS ESCOLIOS…, 1986choisis et traduits par Philippe Billé. (page 7) Lugubre, comme un plan de développement urbain. (7) Parmi les horreurs du communisme, il faut compter le fait de n’avoir d’autre lecture que la prose de l’écrivain de gauche. (12) L’origine prolétarienne d’un écrivain peut lui servir d’excuse, pas de recommandation. (13) Au bout du compte, il n’est sensé d’avoir des préférences politiques que pour des raisons esthétiques. (17) La seule différence entre les riches et les... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:52 - - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2009

Extraits de Sucesivos escolios

EXTRAITS de SUCESIVOS ESCOLIOS..., 1992choisis et traduits par Philippe Billé. (Page 16) Ce qui ne semble pas d’abord faux au lecteur ne vaut pas d’être écrit. (17) L’histoire des genres littéraires admet des explications sociologiques.     L’histoire des oeuvres n’en admet pas. (25) Un certain type d’allusion cultivée est propre au semi-cultivé. (26) Le sens commun est la maison paternelle où la philosophie revient cycliquement, hâve et maigre. (35) Il y a quelque chose d’absolument vil chez celui... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:38 - - Permalien [#]
Tags :