Studia daviliana

19 novembre 2009

Studia daviliana

ngd

Studia daviliana : études sur Nicolás Gómez Dávila, réunies par Philippe Billé. Bibliographie, analyses, témoignages, morceaux choisis du réactionnaire colombien. Couverture de Bruno Richard. Edition de l'auteur, 2003. 51 pages A5.

Posté par Ph B à 18:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 novembre 2009

Quelques Notes traduites

QUELQUES EXTRAITS DES NOTAS (1954) DE NICOLAS GOMEZ DAVILA.

(page 11) Peu de choses meurent aussi vite que les idées, et peu de cadavres inspirent une telle indifférence (…)

(p 11) Le livre qui ne divertit, ni ne charme, court le risque de perdre le seul lecteur intelligent : celui qui cherche son plaisir dans la lecture et seulement son plaisir. (…)

(p 13) (…) L’humanité est d’une étonnante indifférence envers tout ce qui ne menace pas son existence mais se contente de la salir ou de la dégrader.

(p 23) L’homme satisfait est médiocre, quand sa satisfaction provient d’actes ou d’objets éphémères, quand il se contente de tout ce qui passe et meurt, de tout ce qui n’aspire pas à ne pas passer, à ne pas mourir. (…)

(p 37) Le communisme, plus que la théorie d’une classe sociale ou d’un type intellectuel, est la théorie d’une partie de l’esprit, de tout esprit.

(p 48) L’enthousiasme débordant du public pour un film idiot suffit à guérir n’importe qui de ses utopies réformistes.

(p 50) Toute sagesse consiste à repenser avec sincérité, fraîcheur et profondeur, les lieux communs.

(p 51) La dignité et l’amour sont inversement proportionnels.

(p 62) Peut-être qu’après tout, la meilleure justification des aristocraties est notre évident besoin de spécialistes de l’art de vivre.

(p 65) La propriété des instruments de production est la seule garantie de la liberté. Disons, même si c’est excessif : qui n’a pas de terre, n’a pas de liberté.

(p 79) L’humanité va de la médiocrité à l’horreur et de l’horreur à la médiocrité.

(p 82) La critique qui s’occupe de petits détails est la seule vraie critique. Lorsqu’elle traite des livres globalement et parle des auteurs en bloc, ce n’est qu’une rhétorique inefficace.

(p 101) L’adolescence obtient sans avoir désiré, la jeunesse désire et obtient, la vieillesse commence par désirer sans obtenir et finit par désirer désirer.

(p 103) Le plus difficile : se résigner sans amertume, et vivre avec dignité une vie que le destin éloigne de toute noble entreprise.

(p 116) Dieu est l’être pour qui le plus humble et le plus commun des hommes est une personne.
Dieu est l’être qui ne pense pas avec des idées générales.

(p 117) Le récit intelligent de la défaite est la subtile victoire du vaincu.

(p 117) Toute ville est une hypothèse que l’intelligence déploie autour d’une rue.

(p 148) La sociologie démontre infatigablement ce qui est évident.

(p 152) L’effet immédiat et spontané de la prière est la conscience de notre insignifiance. Cela suffit à la rendre précieuse.

(p 153) Il n’y a pas de plus grande noblesse que de se refuser à ce que le cœur désire et que la raison repousse.

(p 169-170) Ceux qui croient trouver des arguments contre le catholicisme, et contre la religion en général, dans tous ces récits de vies de saints, évidemment malades et proches de certaines formes lugubres de démence, méconnaissent que rien ne justifie mieux la religion que ce singulier pouvoir de faire fructifier ces existences misérables, au lieu de les livrer à la triste stérilité d’un traitement scientifique dans une clinique aseptisée.

(p 172) Percevoir, contempler et connaître sont les degrés du plaisir.

(p 185-186) La campagne française comble de joie l’économiste impénitent. Richesse de la terre, incomparable fécondité du sol, et surtout admirable et minutieuse culture du terrain, qui ne laisse pas se perdre le plus petit recoin.
Ce spectacle m’accable. Malgré la beauté et la diversité dont la nature a doté ces paysages, l’homme a su leur imposer une monotonie énervante.
Les rectangles implacables des différentes cultures se succèdent docilement et s’étendent jusqu’à l’horizon. Les arbres alignés se cachent les uns derrière les autres, à égale distance, et font défiler leurs rangs au passage de l’automobile, avec un geste précis et mécanique de gymnaste. Si, tout à coup, nous trouvons un petit bois, il n’est pas difficile de deviner quel rôle pratique remplit cet apparent morceau de liberté oublié sur un sol soumis. Et les vignobles, les vignobles aux mystiques sarments, qui ont fini par envahir le paysage de leur sévérité industrielle.
Bientôt nous éprouvons le désir d’une pièce de terre stérile et libre, d’une terre préservée du labeur humain.
Cette campagne française fait pitié. Terre soumise et servile.
Nature que l’homme a asservie. Sol dompté, incapable de se révolter, plus semblable à une usine alimentaire qu’à la campagne rustique et sacrée que l’homme habitait jadis.
La richesse de la Pomone mythique se transforme en un immense entrepôt de grains et de légumes. La campagne de France n’est pas un jardin, c’est un potager.
Devant ce gigantesque déploiement d’aliments, je ne rêve que de landes stériles, de pitons glacés, de la tiède forêt de mes rivières andines.
Je ne sais d’où me vient cette répulsion. Sobriété innée, goût d’une certaine austérité janséniste, ou modération inévitable d’un ressortissant de pays pauvre? Ah! vieux terrains marécageux de Port-Royal, friches de Castille, ah! mes âpres collines.
Ce que la campagne française met en évidence, c’est la victoire définitive du paysan.
La tâche entreprise le 4 août 1789 et qu’illuminent de leurs feux symboliques les archives féodales incendiées, est enfin accomplie.
Terre entièrement cultivée, dans ses vallées et sur ses coteaux, sur les rives de ses fleuves, dans les étroits jardins de ses maisons comme dans ses vastes plaines, terre sur laquelle veille un immense amour paysan pour le sol qui le nourrit et le fait vivre. Ces lourdes moissons, ces feuillages lustrés, ces pampres qui préparent les grossesses de l’automne, sont l’effort implacable de millions de vies avides et laborieuses. Des vies qui, du matin au soir, travaillent sans relâche le sol qui enfin leur appartient et que plus rien ne protège de leur convoitise séculaire.
Un immense peuple d’insectes s’est répandu sur le sol de la France. Sa sueur le féconde et l’enrichit.
Ces champs exhalent comme la vapeur de la sueur paysanne.
Sur ces terres lumineuses, sur ces horizons doux et purs, sur la lente et molle courbe de ses collines, sur ce paysage d’intelligence et de grâce, de discrétion et de lucidité, règne une démocratie paysanne

(p 201) En s’écroulant, une aristocratie explose en mille individus vigoureux qu’elle jette avec force dans l’histoire. Une démocratie, en disparaissant, se dégonfle comme un ballon de baudruche.

(p 206) Toute femme a besoin qu’on la viole un tant soit peu.

(p 221) Comme les dents de lait, il y a les idées de lait. A quel âge commençons-nous à les perdre ?

(p 243) Nous passons notre vie à frapper toujours à la même porte fermée.

(p 253) Pour le lecteur des historiens antiques, la guerre moderne est chose familière.
La guerre totale est la guerre que l’humanité a toujours connue.
Parvenir à soumettre la guerre, pendant quelques siècles, à certaines exigences morales et esthétiques, fut une entreprise miraculeuse et fragile.
L’homme actuel frémit devant les mêmes horreurs que l’humanité millénaire a contemplées avec une résignation angoissée.

(p 256) (…) du point de vue de l’animalité, l’esprit n’est qu’une maladie héréditaire.

(p 281) L’intelligence est une patrie.

(p 303) Les idées sont la seule chose au monde que seul puisse posséder celui qui en est digne.

(p 307) Les mémoires et les maximes semblent être des genres nettement aristocratiques.

(p 309) La véritable critique littéraire ne consiste pas en un discours, mais en un adjectif opportun.

(p 332) Dans le brouhaha de la fête, celui qui se respecte se tait.

(p 335) Une doctrine sévère et une pratique aimable, voilà non la formule de l’hypocrisie, mais le secret de toute civilisation ancienne, riche, mûre.

(p 339) La méditation est notre prise de possession du monde.

(Ces Notes en traduction française par Philippe Billé ont paru dans Etudes, revue obscurantiste, N°s 2 & 3, La Croix-Comtesse, juin 2004 & février 2005, puis dans la Lettre documentaire 359, du 20 octobre 2006).

Posté par Ph B à 06:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2009

Esquisse biographique

HAGIOGRAPHIE de Nicolás GOMEZ DAVILA.

      Il n’existe pas encore de biographie de Nicolás Gómez Dávila, mais il se dessine déjà, au fil de quelques articles qui lui ont été consacrés, une sorte de légende du personnage. Il serait né à Cajicá, en Colombie, le 18 mai 1913. Il serait parti pour Paris avec sa riche famille à l’âge de 6 ans, y aurait été éduqué par des bénédictins. Adolescent, une pneumonie l’aurait cloué au lit pendant deux ans. Rentré à Bogotá à l’âge de 23 ans, il y aurait épousé María Emilia Nieto, dont il aurait eu trois enfants. Il serait retourné en Europe en 1949 pour y faire un unique voyage de six mois en automobile. Une fracture des hanches, consécutive à une chute de cheval, lui interdisant l’exercice, il aurait vécu tout le reste de sa vie pratiquement cloîtré dans sa bibliothèque, où il se consacrait à l’étude. Il mourut à Bogotá le 17 mai 1994, la veille de son quatre-vingt-unième anniversaire.

Posté par Ph B à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2009

Davila dans El Tiempo

ngdTiempo

Profil anonyme de Nicolás Gómez Dávila paru dans le supplément «Lecturas dominicales» du journal Tiempo, le 26 juin 1994.

Posté par Ph B à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2009

Avertissement

Le blog Studia daviliana a pour premier objectif la mise en ligne de l'essentiel des matériaux concernant Nicolás Gómez Dávila, recueillis en 2003 dans la brochure du même titre maintenant épuisée. Nous entendons par ailleurs enrichir ce fonds de tous les nouveaux documents relatifs au penseur colombien, qu'il nous sera loisible de produire ou de collecter. Nous examinerons avec intérêt toute proposition qui nous sera faite en ce sens. Il est possible de nous joindre par e-mail en cliquant dans la marge sur le lien "contacter l'auteur".
Les données disponibles dans cet espace sont réparties dans les catégories suivantes:
- Bibliographie (de et sur l'auteur).
- Gloses (témoignages et commentaires).
- Imagerie (photos, portraits, fac-similés, etc).
- Outils (informations de base, index, etc).
- Traductions (fragments traduits en français).

Posté par Ph B à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 novembre 2009

Quelques remarques

QUELQUES REMARQUES SUR LES SCOLIES DE GOMEZ DAVILA par Philippe Billé

      La principale œuvre de Nicolás Gómez Dávila, ne serait-ce que par la dimension, est la suite de recueils initiée en 1977 avec les deux tomes des Escolios a un texto implícito, poursuivie en 1986 avec deux tomes de Nuevos escolios…, et achevée en 1992 par un dernier volume de Sucesivos escolios… La parenté des titres et l’analogie du contenu indiquent assez qu’il s’agit d’une seule œuvre, publiée en trois livraisons, dont la première seule fut dotée d’épigraphes.
      Ces ouvrages se présentent comme des recueils de textes fort brefs, généralement limités à quelques lignes, souvent constitués d’une seule phrase. L’auteur y expose sa philosophie réactionnaire, sa nostalgie de la féodalité médiévale, ses objections à la modernité, au marxisme et à la démocratie. Cependant, loin de limiter ses réflexions au domaine politique, il s’exprime également sur des domaines aussi divers que la théologie, l’architecture, l’urbanisme, la psychologie ou la pédagogie.
      Le programme génétique des scolies de Dávila est résumé dans ce vœu : «Tâchons que notre phrase, au lieu d’être le premier pas d’un discours, soit le dernier geste d’une idée» (N.I.44). Ce parti pris de n’énoncer que des aboutissements, ou des conclusions, en s’épargnant de lourdes démonstrations, est encore explicité dans divers propos de l’auteur.
      Le choix de la forme brève répond, d’une part, à l’option artistique d’un écrivain qui constate avec prudence que «Les miracles littéraires excèdent rarement des constellations de trente mots» (S.45), et que la charge esthétique d’un texte ne saurait être proportionnelle à sa longueur.
      Ce choix satisfait, d’autre part, aux préoccupations morales d’un auteur soucieux de bienséance envers son lecteur, considérant que «L’écrivain bien élevé tâche de se limiter au nécessaire» (E.I.238) et qu’il convient donc d’ «Ecrire bref, pour conclure avant de lasser» (E.I.45).
      Mais le choix de la forme brève correspond aussi, plus profondément, à la conviction qu’un système philosophique est nécessairement faux : «Cohérence et évidence s’excluent» (E.I.357), que «La vérité est une somme d’évidences incohérentes» (E.I.89) et ne peut se révéler que par éclats : «Il y a mille vérités, l’erreur est une» (E.I.15). Toute tentative d’assembler ces éclats en système est donc vaine : «L’idée développée en système se suicide» (E.I.103) car «La déduction philosophique est l’art de transformer une observation exacte, mais limitée, en un système global, mais faux» (E.II.9).

* * *

      Les scolies de Gómez Dávila ne sont pas réparties en chapitres thématiques, ni même simplement numérotées comme le sont, du moins dans leurs éditions modernes, la plupart des recueils de maximes ou de pensées. Elles se présentent comme une suite ininterrompue de propositions sans ordre apparent, et que rien n’oblige à lire selon la succession des pages. C’est en ce sens que l’auteur peut déclarer : « La seule prétention que j’aie, c’est de ne pas avoir écrit un livre linéaire, mais un livre concentrique » (N.II.211). Cette disposition n’est pas forcément un désagrément pour le lecteur, mais il faut convenir qu’elle ne facilite guère le retour au texte. Qui voudra se reporter à une scolie, qu’il n’aura pas pris le soin de noter, risque de se trouver désorienté parmi les milliers d’autres, qui ne sont ni classées ni référencées. L’usage s’est établi, parmi les commentateurs, de tenir les premières éditions pour canoniques, et de se référer aux scolies en indiquant le volume et la page d’où elles proviennent, chaque page en portant rarement plus d’une demi-douzaine. La constitution de quelques index ouvrirait des voies de pénétration commodes.

* * *

      Dans les premiers des Escolios, Gómez Dávila fait une déclaration surprenante selon laquelle : «Le lecteur ne trouvera pas d’aphorismes dans ces pages. Mes brèves phrases sont les touches chromatiques d’une composition pointilliste» (E.I.11). Probablement y a-t-il un excès délibéré dans la formulation, le propos visant moins à refuser la légitime désignation d’aphorismes, employée çà et là par l’auteur lui-même, qu’à insister sur la dynamique collective de pensées, que rien pourtant n’interdit de considérer séparément.
      Le propre terme de «scolie», qui a la préférence de Dávila, veut aussi dénoncer l’aspect indépendant de ses énoncés, non plus dans leurs rapports réciproques, mais cette fois-ci avec des énoncés antérieurs. De même que, selon l’auteur, «La vie n’écrit ses meilleurs textes que dans les appendices et dans les marges» (S.73), de même il a choisi de n’écrire que des scolies, ou plus exactement de ne nous présenter ses écrits que comme des scolies, des notes marginales à un texte précédent.
      A quel texte ? La formule énigmatique du titre, évoquant un mystérieux « texte implicite », suscite diverses interprétations.
      Francisco Pizano de Brigard paraît s’en faire une idée bien précise, quand il affirme dans sa «Semblanza de un colombiano universal» (1988, p 12) que le texte implicite est constitué par les pages 61 à 100, portant sur la démocratie, du volume de Textos qu’avait publié Dávila lui-même en 1959.
      Selon une autre hypothèse, évoquée par José Miguel Oviedo (1991) puis par Franco Volpi (2001, p 169), le texte implicite ne serait pas un texte rédigé antérieurement par Dávila, mais au contraire celui qu’il n’a pas écrit, le système philosophique auquel il a renoncé pour lui préférer la vérité en miettes des scolies.
      Une troisième possibilité est de concevoir, comme l’ont fait Pizano dans l’article déjà cité, et plus tard Oscar Torres Duque (1995, p 36 & 48), que le texte  en question est l’ensemble de la production culturelle de l’Occident, les scolies de Dávila étant alors le fruit des méditations suscitées par ses vastes lectures.

* * *

      Deux caractéristiques physiques des éditions originales des Escolios apparaissent d’emblée à qui les feuillette, et se sont maintenues d’un recueil au suivant avec trop de constance, pour n’avoir pas dépendu de la volonté de l’auteur, mais cependant n’ont pas toujours été respectées dans les rééditions et dans les traductions.
      La première est que les scolies ont été disposées sur le papier de façon à ne jamais s’achever sur la page du verso, ni même sur celle en vis-à-vis, mais toujours sur la même où elles ont débuté. On peut y voir le souci du confort du lecteur, aussi bien que de l’intégrité des textes, dont on n’a pas voulu que la lecture soit perturbée par des aléas de mise en page.
      La seconde caractéristique est que les mots et les membres de phrases en langues étrangères, qui à la lecture s’avèrent assez nombreux dans le texte, ne sont pas composés selon l’usage en italique, mais en romain comme le reste de l’énoncé. Cette homogénéité typographique donne aux pages un aspect austère, qui sied aux ouvrages d’un auteur pour qui «Il faut écrire à voix basse» (E.II.232).
      Le recours fréquent à ces citations en d’autres langues témoigne assez explicitement de ce que de nombreuses scolies empruntent ou se réfèrent aux différents auteurs, pas toujours nommés, que Dávila a lus dans le texte grec, latin, français, anglais ou allemand.
      La scolie la plus surprenante, sous ce rapport, est celle qui, à la page 163 des Sucesivos escolios, est entièrement rédigée dans une langue étrangère, le français : «Je veux qu’ils donnent une nazarde à Plutarque sur mon nez et qu’ils s’échaudent à injurier Sénèque en moi.» La phrase déconcerte d’autant plus qu’elle ne se présente pas, dans le livre, encadrée de guillemets à façon d’une citation, mais sans, comme si elle était l’expression directe de l’auteur.
      A la vérité, les lecteurs de Montaigne auront reconnu en elle une phrase des Essais. De toute évidence, il ne s’agit pas là d’un plagiat pur et simple, mais plutôt d’un simulacre de plagiat, car même s’il n’y a pas de guillemets, le maintien du texte en français suggère assez qu’il n’a pas été rédigé par le Colombien. On pourra se demander pour quelle raison Dávila a choisi Montaigne pour réaliser cette plaisanterie dont les scolies ne présentent pas d’autre exemple.
      On remarquera tout d’abord, à ce sujet, que Dávila ne cache pas son attachement particulier au philosophe bordelais, dont il n’hésite pas à déclarer, en certaine occasion, qu’il le tient pour un de ses deux «saints patrons», l’autre étant l’historien suisse Burckhardt (E.I.428). Mais on comprendra mieux l’intention de Dávila en se reportant au contexte originel de la phrase. Elle provient du second livre des Essais, plus précisément du chapitre X, intitulé «Des livres». Montaigne y avoue humblement, que lorsque d’autres ont déjà exprimé ce que lui-même ne peut «si bien dire», il recourt volontiers à la citation, comme peuvent le constater ses lecteurs. Mais il précise en outre qu’il a «à escient ommis parfois d’en marquer l’autheur», afin de dérouter les détracteurs, qui croyant l’attaquer s’en prendraient inconsidérément à des autorités classiques. On comprend ainsi que Dávila s’est amusé à procéder avec Montaigne comme celui-ci avait fait avec d’autres, et qu’il a choisi pour cela précisément la phrase où le procédé se trouve indiqué. On peut par ailleurs supposer qu’en reprenant cette phrase, Dávila donne une indication utile à la compréhension de ses propres œuvres.

Posté par Ph B à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2009

Extraits d'Escolios I

EXTRAITS du tome 1 des ESCOLIOS, 1977
choisis et traduits par Philippe Billé.

(30) Les sociétés se distinguent uniquement par le statut de leurs esclaves et le nom qu’elles leur donnent.

(51) On appelle bonne éducation les habitudes provenant du respect du supérieur transformées en rapport entre égaux.

(65) La noblesse humaine est l’oeuvre que le temps cisèle parfois dans notre ignominie quotidienne.

(79) Aucune ville ne révèle sa beauté tant que la parcourt son torrent diurne.
     L’absence de l’homme est la condition ultime de la perfection de toute chose.

(80) Que routinier soit aujourd’hui une insulte prouve notre ignorance de l’art de vivre.

(92) Regardons avec avidité et sans convoitise.

(94) Le pardon est la forme sublime du mépris.

(107) Prêche-t-on les vérités dans lesquelles on croit, ou les vérités dans lesquelles on croit que l’on doit croire ?

(120) Si la philosophie, les arts, les lettres du siècle passé, ne sont que les superstructures de son économie bourgeoise, nous devrions défendre le capitalisme jusqu’à la mort.
     Toute idiotie se suicide.

(125) Lassée de glisser sur la pente commode des opinions hardies, l’intelligence s’aventure enfin dans le territoire broussailleux des lieux communs.

(144) Les catégories sociologiques permettent de se repérer dans la société sans égard pour l’individualité irremplaçable de chaque homme.
     La sociologie est l’idéologie de notre indifférence envers le prochain.

(202) Le théâtre ne vit que quand il n’appartient pas à la littérature, mais il ne dure pas s’il ne lui appartient pas.

(221) Le premier pas de la sagesse consiste à admettre, avec bonne humeur, que nos idées peuvent très bien n’intéresser personne.

(227) Vu les inéluctables conditions de son activité particulière, le politicien ne peut être qu’à moitié intelligent.

(228) L’imbécile ne découvre la radicale misère de notre condition que quand il est malade, pauvre, ou vieux.

(228) Les intellectuels révolutionnaires ont la mission historique d’inventer le vocabulaire et les thèmes de la prochaine tyrannie.

(230) En ce siècle de foules transhumantes qui profanent tout lieu illustre, le seul hommage qu’un pèlerin respectueux puisse rendre à un sanctuaire vénérable est de ne pas le visiter.

(230) Le marxisme n’aura de repos que quand il aura transformé tous les paysans et les ouvriers en fonctionnaires petits-bourgeois.

(234) Seuls échappent à la vénération de l’argent ceux qui choisissent la pauvreté ou ceux qui héritent de leur fortune.
     L’héritage est la forme noble de la richesse.

(237) Dénigrer le progrès est trop facile. J’aspire à la chaire d’arriération méthodique.

(239) La sensualité est la possibilité permanente d’arracher le monde à la captivité de son insignifiance.

(243) Nul ne peut chanter l’agronomie moderne en de nouvelles Georgiques.

(253) Défendre la civilisation consiste, avant tout, à la protéger de l’enthousiasme de l’homme.

(256) Eduquer l’âme consiste à lui apprendre à transformer en admiration son envie.

(256) La société est souvent injuste, mais pas comme les vaniteux l’imaginent.
     Il y a toujours plus de maîtres qui ne méritent pas leur place que de serviteurs qui ne méritent pas la leur.

(256) La civilisation est tout ce que l’université ne peut pas enseigner.

(258) La résistance est inutile quand tout se conjure dans le monde pour détruire ce que nous admirons.
     Il nous reste toujours, cependant, une âme intègre pour contempler, pour juger, et pour mépriser.

(261) La bourgeoisie, malgré tout, a été la seule classe sociale capable de se juger elle-même.
     Tout critique de la bourgeoisie se nourrit de critiques bourgeoises.

(265) Au lieu de chercher des explications au fait de l’inégalité, les anthropologues devraient en chercher à la notion d’égalité.

(266) La même doctrine doit servir sous la lumière méridienne et dans les moments livides.
     Seul est vérité ce qui vaut indistinctement pour l’âme affligée comme pour l’exaltée.

(288) Le barbare se moque totalement, ou totalement vénère.
     La civilisation est un sourire qui mêle discrètement ironie et respect.

(288) L’univers semble être un débiteur morose aux sectateurs de la justice, un créancier sublime aux adorateurs de la grâce.
     Les premiers prétendent que tout leur est dû, les seconds savent qu’ils doivent tout.

(304) Les trois grandes entreprises réactionnaires de l’histoire moderne sont l’humanisme italien, le classicisme français, et le romantisme allemand.

(309) La vulgarité consiste autant à ne pas respecter ce qui mérite le respect qu’à respecter ce qui ne le mérite pas.

(335) Seules les âmes fines peuvent toucher le plaisir sans se salir.

(341) N’admirer que les oeuvres réellement admirables est signe d’un goût douteux.
     La véritable sensibilité littéraire et l’authentique goût apprécient le charme du poète mineur et la délicatesse des proses subalternes.

(352) Une société aristocratique est celle où le désir de la perfection personnelle est l’âme des institutions sociales.

(353) Je me méfie de toute idée qui ne semble pas démodée ou grotesque à mes contemporains.

(357) Chacun se sent supérieur à ce qu’il fait, parce qu’il se croit supérieur à ce qu’il est.
     Nul ne croit être le peu qu’il est en réalité.

(359) Certains historiens semblent supposer qu’Athènes est intéressante parce qu’elle importait du blé et qu’elle exportait de l’huile.

(361) Dans les pays intellectuellement indigents, le patriotisme du lecteur compense l’insuffisant talent de l’auteur.

(365) Il suffit de répondre à une question importante pour avoir l’air grotesque (par exemple : Que pensez-vous de l’amour, de la vie, de l’art, de Dieu ?).

(394) Si nous n’apprenons pas à temps que toute vie est médiocre, nous ne faisons qu’échanger la prose d’un magasin à Charleville contre la rhétorique d’un comptoir en Abyssinie.

(406) Nous nous trouvons toujours honteux d’avoir partagé un enthousiasme collectif.

(407) L’originalité intentionnelle et systématique est l’uniforme contemporain de la médiocrité.

(408) Le journalisme consiste à écrire exclusivement pour les autres.

(413) La politique n’est pas l’art d’imposer les meilleures solutions, mais d’empêcher les pires.

(432) La civilisation moderne : cette invention d’ingénieur blanc pour roi nègre.

(440) Quand nous côtoyons des plébéiens, nos vices nous protègent, nos vertus nous trahissent.

(442) Pour interpréter certains hommes, la sociologie suffit.
     La psychologie est de trop.

(444) La messe peut être célébrée dans des palais, ou des chaumières, mais pas dans des quartiers résidentiels.

(444) A part la règle bénédictine, tous les statuts des collectivités humaines sont ridicules et grossiers.

(456) Les tactiques de la polémique traditionnelle échouent devant le dogmatisme inébranlable de l’homme contemporain.
     Pour le vaincre, il nous faut des stratagèmes de guérilléro.
     Nous ne devons pas l’affronter avec des arguments systématiques, ni lui présenter méthodiquement des solutions alternatives.
     Nous devons tirer avec n’importe quelle arme, depuis n’importe quel buisson, sur toute idée moderne qui s’avance seule sur le chemin.

(461) L’indépendance dont se vante toute jeunesse n’est que soumission à la nouvelle mode régnante.

Posté par Ph B à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 décembre 2009

Extraits d'Escolios II

EXTRAITS du tome 2 des ESCOLIOS…, 1977
choisis et traduits par Philippe Billé.

(Page 9) La déduction philosophique est l’art de transformer une observation exacte, mais limitée, en un système gl obal, mais faux.

(13) L’individu ne naît pas pour «découvrir» et «exprimer» le spectre embryonnaire de son âme. 
           Mais pour inféoder sa personne au maître le plus noble qu’il rencontrera.

(14) Il y a des âmes que l’absolution ne lave pas, mais qui salissent les absolutions.

(22) Ceux dont la gratitude pour le bienfait reçu se convertit en dévotion envers la personne qui l’a octroyé, au lieu de dégénérer en la haine  usuelle que tout bienfaiteur déclenche, sont des aristocrates.
     Même s’ils sont en haillons.

(25) Etre civilisés, c’est être capables de critiquer ce en quoi nous croyons, sans cesser d’y croire.

(26) Rien de plus indiqué qu’une soudaine colique pour évacuer la rhétorique de celui qui pérore pathétiquement sur la «dignité de l’homme».

(28) Les anges mélomanes de la mythologie chrétienne seront remplacés, dans le paradis progressiste, par des professeurs de gymnastique.

(36) Ceux qui professent que le noble est vil finissent par prêcher que le vil est noble.

(36) L’ineptie et la niaiserie du verbiage épiscopal et pontifical nous troubleraient, nous vieux chrétiens, si nous n’avions heureusement appris, depuis tout petits, à dormir pendant le sermon.

(37) Les «cultures» ne sont pas réciproquement incompréhensibles, comme des univers séparés.
     Ni mutuellement transparentes, comme si elles consistaient en propositions logiques.
     Mais diaphanes et opaques à la fois, comme les individus entre eux.

(45) La poésie est l’empreinte digitale de Dieu dans l’argile humaine.

(47) A côté de tant d’intellectuels fastidieux, de tant d’artistes sans talent, de tant de révolutionnaires stéréotypés, un bourgeois sans prétention semble être une statue grecque.

(47) Méfions-nous de ceux qui ont besoin de certificats d’origine pour prouver leur noblesse.

(54) Toute proposition universelle est fausse.

     Sauf celle-ci.

(58) L’homme cultivé a le devoir d’être intolérant.

(60) Le réactionnaire plaide pour la liberté de l’esclave, afin de limiter la liberté du maître.

     Le réactionnaire est moins ami de la liberté qu’ennemi de l’absolutisme.

(63) Rentier, professeur à la retraite, jeune homme sous tutelle – un intellectuel de gauche peut-il concevoir pires parasites bourgeois ?

     Kierkegaard, Nietzsche, Baudelaire.

(66) Un par un, les hommes sont peut-être notre prochain, mais en troupeau, sûrement pas.

(67) Sans la philosophie, les sciences ne savent pas ce qu’elles savent.

(68) Le châtiment de celui qui se cherche est qu’il se trouve.

(71) Noms propres et dates, dans une dissertation sociologique, rafraîchissent comme une oasis dans le désert.

(74) Sans un sévère entraînement épistémologique, nous ne pouvons entreprendre la conquête du droit à la superstition.

(75) Foi profonde, seule, celle du sceptique qui prie.

(76) Le type de l’idiot contemporain est caractérisé par la fougue avec laquelle il se proclame dénué de préjugés.

(76) Les intelligences moyennes gravitent naturellement vers les dissertations sociologiques.

(77) Il y a dans le marxisme des échos du romantisme allemand, comme il y a dans la cuisine des échos des conversations du salon.

(77) La plus abominable des perversions modernes est la honte de paraître ingénus si nous ne flirtons pas avec le mal.

(81) Celui qui parle de sa «génération» avoue son appartenance à un troupeau.

(84) Jusqu’à présent, toute enquête sociologique a confirmé les idées du sociologue qui l’a menée.

(88) L’humanité actuelle a remplacé le mythe d’un âge d’or passé par celui d’un futur âge de plastique.

(89) Comparé à une église romane, tout le reste, sans exception, est plus ou moins plébéien.

(89) Il suffit de considérer ce que les éditeurs publient, pour être pris de vertige en songeant à ce qu’ils refusent.

(90) Celui qui se proclame incapable de mendier m’inspire une profonde répugnance.

(91) Quand la vieillesse parvient à être belle, il n’y a pas de beauté juvénile qui la surpasse.

(99) Les dieux n’habitent que les contrées, les demeures, les âmes où l’histoire, l’humble histoire, accumule pieusement ses vieilleries.

     La malédiction des œuvres modernes est qu’elles ne peuvent se fonder que sur un sol net.

     Sur la roche stérile.

(109) Je n’ai pas la nostalgie d’une nature vierge, d’une nature sans la marque paysanne qui l’ennoblit, et sans le château qui couronne la colline.

     Mais d’une nature préservée de l’industrialisme plébéien et des manipulations irrévérencieuses.

(111) Quand le dialogue est le seul recours, la situation est perdue.

(114) Ne donnons à personne l’occasion d’être vil.

     Il en profiterait.

(120) Le marxisme, plus qu’un diagnostic, est un symptôme.

(120) Ce n’est pas au simple échec du monde moderne que nous assistons aujourd’hui, mais à l’échec de son succès.

(120) Les poèmes ne sont pas écrits pour que nous les lisions, mais pour que nous nous en souvenions.

(124) On entend par justice sociale donner à chacun ce qui ne lui appartient pas.

     Alienum cuique tribuere.

(125) On ne parle de Dieu avec quelque exactitude et sérieux qu’en poésie.

(126) Inutile, comme une révolution.

(127) La société ne se civilise pas sous l’impulsion de sermons sonores, mais sous l’action catalytique de gestes discrets.

(136) Les religions meurent, mais pas les dieux. Pas même les faux.

(137) Les révolutionnaires ne détruisent, en définitive, que ce qui rendait tolérables les sociétés contre lesquelles ils se révoltent.

(138) L’historien a pour fonction et pour devoir de détruire les généralisations du sociologue.

(142) Le prolétariat tend vers la vie bourgeoise comme les corps vers le centre de la terre.

(142) L’individu se déclare membre d’une collectivité quelconque afin d’exiger au nom de celle-ci ce qu’il a honte de réclamer en son nom propre.

(143) Une stupidité ne cesse pas d’être stupide parce que quelqu’un est mort pour elle.

(148) N’essayons pas de convaincre ; l’apostolat nuit aux bonnes manières.

(154) La civilisation consiste toujours à s’habiller, pas à se déshabiller.

(155) Le spécialiste et le journaliste finissent de se partager l’héritage de la culture étranglée.

(156) Le malheur du moderne n’est pas de devoir vivre une vie médiocre, mais de croire qu’il pourrait en vivre une qui ne le soit pas.

(157) Toute œuvre d’art nous parle de Dieu.

     Quoi qu’elle dise.

(157) Le monde heureusement est inexplicable.

     (Que serait un monde explicable par l’homme !).

(185) Il existe aujourd’hui tant de publics différents que n’importe quel livre, aussi médiocre soit-il, trouve des illettrés qu’il séduit.

(189) L’idiot, pour être parfait, doit être un peu cultivé.

(193) Quand les règles éthiques se relâchent, les conflits psychologiques ne disparaissent pas, mais deviennent sordides.

(197) Les révolutions ne sont pas les locomotives, mais les déraillements de l’histoire.

(203) Pour nous préserver de l’abrutissement, il suffit d’éviter les conversations de jeunes et les divertissements d’adultes.

(205) Le XVIIIe siècle a légué au XIXe tout son patrimoine, sauf le bon goût.

(210) Les tissus sociaux se gangrènent, quand les devoirs des uns deviennent les droits des autres.

(212) On appelle mentalité moderne le processus de disculpation des péchés capitaux.

(213) L’esprit est la floraison du silence et de la routine.

(219) La densité démographique optimale devrait être indiquée par l’esthétique.

(222) La civilisation agonise, quand l’agriculture renonce à être un mode de vie pour devenir industrie.

(224) Les hommes, dans leur immense majorité, croient choisir, quand on les pousse.

(230) Les gens nous permettent plus facilement de mépriser leurs occupations sérieuses que leurs divertissements.

(230) Un destin bureaucratique attend les révolutionnaires, comme la mer attend les fleuves.

(232) Le révolutionnaire veut changer la donne ; le contre-révolutionnaire, le jeu.

(235) Celui qui réclame, en arguant de ses mérites, nous répugne, à nous qui mendions simplement.

(239) N’accusons pas la technique des malheurs causés par notre incapacité à inventer une technique de la technique.

(248) Nous ne savons nous comporter avec décence face au monde que quand nous savons que rien ne nous est dû.

     Sans grimace douloureuse de créancier frustré.

(263) La médiocrité d’aucun triomphe ne mérite que nous nous salissions avec les qualités qu’il exige.

(284) Les civilisations ne construisent pas leurs cloaques sous terre par hypocrisie, mais par égard pour l’odorat.

(283) Il y a des sujets sur lesquels celui qui ne dit pas des banalités ne dit que des âneries.

(292) Dieu a inventé les outils, le diable les machines.

(298) L’art est le suprême plaisir sensuel.

(300) Les réactionnaires se recrutent au premier rang des spectateurs d’une révolution.

(304) Les civilisations diffèrent radicalement entre elles.

     D’une civilisation à l’autre, cependant, les rares civilisés se reconnaissent mutuellement avec un discret sourire.

(308) Le thème de l’écrivain authentique, ce sont ses problèmes ; celui de l’écrivain frelaté, ceux de ses lecteurs.

(311) La capacité de survivre dans certaines conditions est une preuve de l’infériorité de celui qui y parvient.

(324) Une brusque expansion démographique rajeunit la société et multiplie ses âneries.

(330) Il existe des règles du bon goût, mais nous ne pouvons pas les connaître.

     Nous ne pouvons que les appliquer.

(428) «Justice populaire» est l’euphémisme pour carnage.

(434) La prose poétique est celle qui a la densité de la bonne poésie, pas les ornements de la mauvaise.

(440) Les révolutions ne résolvent d’autres problèmes que les problèmes économiques de leurs chefs.

(448) Nous n’arrivons à comprendre les choses importantes qu’en apprenant peu à peu ce qu’elles ne signifient pas.

(450) Ce dont on n’a pas hérité semble toujours plus ou moins volé.

(452) En général, la cordialité est moins une effusion de bonté que de mauvaise éducation.

(455) L’historien marxiste ne cherche pas pour découvrir mais pour confirmer.

(488) Le «dépérissement de l’état» et son remplacement par une libre articulation de mécanismes sociaux est ce qui s’est appelé féodalisme.


 

Posté par Ph B à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2009

Extraits de Nuevos escolios I

EXTRAITS du tome 1 des NUEVOS ESCOLIOS…, 1986
choisis et traduits par Philippe Billé.

(page 5) Je marche dans les ténèbres.
     Mais je me guide à l’odeur des genêts.

(12) Mourir en exil est la garantie que l’on n’a pas été tout à fait médiocre.

(19) La lecture est une drogue inégalable car elle nous permet d’échapper, plus qu’à la médiocrité de nos vies, à la médiocrité de nos âmes.

(25) Dans les époques aristocratiques, ce qui a de la valeur n’a pas de prix ; dans les époques démocratiques, ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur.

(25) Les dirigeants communistes trahissent aujourd’hui leur foi comme n’importe quel évêque.

(27) Après les maîtres d’aujourd’hui, ceux d’hier scandalisent moins.

(27) L’erreur ne consiste pas à rêver qu’il existe des jardins secrets, mais à rêver qu’ils ont des portes.

(31) Ce que dit le réactionnaire n’intéresse jamais personne.
     Ni quand il le dit, car cela semble absurde ; ni au bout de quelques années, car cela semble évident.

(43) Entre amis seulement, il n’y a pas de rangs.

(44) La rhétorique est tout ce qui n’est pas strictement nécessaire à se convaincre soi-même.

(54) Parmi les écrivains impopulaires, beaucoup ne méritent pas l’hommage de l’impopularité.

(61) L’homme est une abjection capable parfois d’avoir honte.

(62) Eduquer, ce n’est pas transmettre des recettes, mais des répugnances et des ferveurs.

(63) Le moralisme rigide émousse la sensibilité éthique.

(68) L’université est l’endroit où les jeunes devraient apprendre à se taire.

(69) L’activité révolutionnaire du jeune est le rite de passage entre l’adolescence et la bourgeoisie.

(71) L’âme est une quantité qui décroît à mesure que plus d’individus se regroupent.

(72) «Etre absolument moderne» est le désir spécifique du petit-bourgeois.

(91) Sa participation à des «activités culturelles» distingue le vulgaire de l’homme cultivé.

(103) Le catholicisme, même pour le non-catholique, est plus qu’une secte chrétienne.
     Le catholicisme est la civilisation du christianisme.

(111) Ce que nous découvrons en vieillissant, ce n’est pas la vanité de tout, mais de presque tout.

(113) La liberté ne mérite que le respect que mérite l’activité dans laquelle elle s’investit.

(113) Les hommes ne vivent généralement qu’au rez-de-chaussée de leur âme.

(141) L’humanité saura-t-elle un jour préférer les inventions décentes aux inventions rentables ?

(142) Le raciste se trompe en croyant qu’il existe des races pures, l’anti-raciste en croyant que les ingrédients d’une boisson n’ont pas d’importance.

(144) Aujourd’hui, peindre bien est toujours aussi difficile, peindre mal est plus facile.

(149) Le réactionnaire pur n’est pas un rêveur de passés abolis, mais un chasseur d’ombres sacrées sur les collines éternelles.

(152) Si l’on n’aspire qu’à doter d’un nombre croissant de biens un nombre croissant d’individus, sans se soucier de la qualité des individus, ni de celle des biens, le capitalisme est la solution parfaite.

(157) Plus un pays démocratique est grand, plus médiocres doivent être ses dirigeants : ils sont élus par plus de gens.

(178) Ne nous fions pas au goût de celui qui ne sait pas détester.

(181) Nous ne devons pas nous alarmer : ce que nous admirons ne meurt pas.
     Ni nous réjouir : ce que nous détestons non plus.

(182) Les hommes décents, dans toute société, ne sont qu’un sous-produit marginal.

(183) La magnificence de la cathédrale gothique cherche à honorer Dieu, la pompe du baroque jésuitique à attirer le public.

(200) La vulgarité a colonisé la terre.
     Ses armes ont été la télévision, la radio, la presse.

(204) Nous ne voyons rien avec clarté tant que nous n’avons pas vu de dos.

Posté par Ph B à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2009

Extraits de Nuevos escolios II

EXTRAITS du tome 2 des NUEVOS ESCOLIOS…, 1986
choisis et traduits par Philippe Billé.

(page 7) Lugubre, comme un plan de développement urbain.

(7) Parmi les horreurs du communisme, il faut compter le fait de n’avoir d’autre lecture que la prose de l’écrivain de gauche.

(12) L’origine prolétarienne d’un écrivain peut lui servir d’excuse, pas de recommandation.

(13) Au bout du compte, il n’est sensé d’avoir des préférences politiques que pour des raisons esthétiques.

(17) La seule différence entre les riches et les pauvres, aujourd’hui, c’est l’argent.

(25) Impossible de convaincre l’idiot qu’il existe des plaisirs supérieurs à ceux que nous partageons avec les autres animaux.

(29) Les documents sont les fossoyeurs des généralisations historiques.

(31) La dignité du peuple juif consiste en ce qu’il est le seul peuple métaphysique de l’histoire.

(34) L’abondance de traductions a ôté à la traduction sa fonction de geste sélectif.
     La traduction était l’anticipation de la postérité ; aujourd’hui, c’est une affaire éditoriale.

(41) Le chrétien sait que le christianisme boitera jusqu’à la fin des temps.

(42) L’anti-sémitisme est un ferment démocratique.
     Dans la réaction, au contraire, se ramifie et se répand la notion centrale du judaïsme : la notion de créature.

(45) Dénoncer la médiocrité est de trop : le livre médiocre file sans effort de l’imprimerie à la poubelle.

(46) Ce que l’on a appelé droite, en ce siècle, n’a été qu’un cynisme opposé à l’hypocrisie de la gauche.

(47) On ne doit réclamer de privilège que pour des tiers.

(47) L’ordre est le plus fragile des faits sociaux.

(48) La simple imitation est le mobile de la plupart des comportements.

(50) La stupidité des radicalismes nous oblige presque à excuser les injustices qu’ils dénoncent.

(50) La révolution est une possibilité historique permanente.
     La révolution n’a pas de causes, mais des occasions dont elle profite.

(50) Les insurrections sont des phénomènes sociaux ; la révolution est un phénomène religieux.

(51) Nous doutons de l’importance de beaucoup de vertus, tant que nous ne sommes pas tombés sur le vice opposé.

(55) Les catastrophes naturelles dévastent une région moins efficacement que l’alliance de la convoitise et de la technique.

(55) Monotone, comme l’obscénité.

(57) Le tourisme rend accessibles les sites qui ne valent la peine d’être visités que quand ils sont difficiles d’accès.

(58) Rien au monde n’égale l’insignifiance parfaite du mauvais poème.

(58) L’homme cultivé et l’homme simple ne s’intéressent qu’à ce qui les attire spontanément ; seul le demi-cultivé a des intérêts artificiels.
     Le demi-cultivé est la providence du marchand de «culture».

(59) Un lecteur expérimenté flaire au premier adjectif le livre pourri.

(61) La civilisation est la somme de répressions internes et externes imposées à l’expansion informe d’un individu ou d’une société.

(62) Le talent de certains artistes ne parvient pas à vaincre la répugnance qu’inspire la personnalité qui s’exprime dans leur œuvre.

(69) S’il existait un instinct religieux, au lieu de l’expérience religieuse, la religion manquerait d’importance.

(71) Il y a de fausses théologies, mais il n’y a pas de fausses religions.
     La piété païenne d’un Xénophon, par exemple, brûle un encens acceptable au vrai Dieu.

(72) Depuis l’invention de la radio, même l’analphabétisme ne protège plus le peuple contre l’invasion des idéaux bourgeois.

(74) La presse fournit au citoyen moderne son abrutissement matinal, la radio son abrutissement méridien, la télévision son abrutissement vespéral.

(78) Celui qui a la patience de lire un livre pornographique éveille mon admiration et ma curiosité.

(82) La prière, la guerre, l’agriculture, sont les occupations viriles.

(82) L’«égalité des chances» ne signifie pas la possibilité pour tous d’être décents, mais le droit de tous à ne pas l’être.

(83) Le livre nous permet d’éviter la conversation avec les disciples.

(86) Les idées de moins de mille ans ne sont pas totalement fiables.

(88) L’homme ne communique avec un autre homme que quand le premier écrit dans sa solitude, et que l’autre le lit dans la sienne.
     Les conversations sont divertissement, escroquerie ou escrime.

(93) L’âme ne s’enivre qu’avec le vin de raisins sylvestres.

(94) Le «racisme» a fait dire autant d’âneries à ses ennemis qu’à ses partisans.

(98) Un Dieu intelligible ne serait pas un Dieu fiable.

(99) Dépeupler et reboiser – première mesure civilisatrice.

(100) Entre la forêt vierge et l’agriculture industrielle, il y a un instant historique de paysage cultivé.

(100) La littérature monastique est inférieure à l’architecture monastique.
     Quelque chose d’essentiel au monachisme s’exprime mieux plastiquement.

(111) En tout utopiste sommeille un agent de police.

(115) Ne lire que du latin et du grec pendant quelque temps est la seule façon de se désinfecter un peu l’âme.

(115) Le barbare ne fait que détruire ; le touriste profane.

(118) Tout mendiant est mon frère.

(119) L’«élitisme» (comme disent aujourd’hui les imbéciles) est le principe de base aussi bien des institutions que des bibliothèques.

(122) Accuser l’aphorisme de n’exprimer qu’une part de vérité revient à supposer que le discours prolixe peut l’exprimer toute entière.

(123) La Réaction a commencé avec le premier remords.

(123) Même en matière de plaisirs, nous ne devons pas accepter d’estimation égalitaire.
     Le plaisir du porc est un plaisir de porc.

(127) Capitalisme et socialisme ont déjà commencé à se réconcilier en sanglotant dans les bras l’un de l’autre.

(133) Je paierais volontiers pour ne pas faire la plupart des choses que les autres payent pour faire.

(136) L’objet d’art peut être une œuvre d’art, mais en général c’est un simple diplôme de riche.

(140) L’intelligence isole ; la stupidité agrège.

(146) Dans les groupements humains, seuls s’additionnent les défauts de ceux qui se regroupent.

(148) La pure nouveauté s’invente.
     L’originalité s’élabore spontanément au travers de la réminiscence et de la copie.

(150) Peu de gens remarquent le seul divertissement qui ne lasse pas : essayer, année après année, d’être un peu moins ignorant, un peu moins brut, un peu moins vil.

(154) Le chrétien passe son temps à demander pardon, le socialiste à demander qu’on le félicite.

(157) Le critique actuel n’a de repos que quand il a rendu illisible le livre qu’il commente.

(163) A part un joli jardin, tout est inférieur à nos rêves.

(172) Discipline, ordre, hiérarchie, sont des valeurs esthétiques.

(173) La difficulté croissante de recruter des prêtres doit faire honte à l’humanité, et non inquiéter l’église.

(177) Supprimer l’enseignement des lieux communs qui abondent dans les lettres latines et grecques, c’est priver l’homme de l’alphabet de la sagesse humaine.

(183) En ce siècle, nous avons vu l’avant-garde devenir un académisme.

(189) La liberté est un rêve d’esclave.
     L’homme libre sait qu’il a besoin d’abri, de protection, d’aide.

(193) L’écologie est la version pastorale du dur texte réactionnaire.

(197) Nous apercevons déjà le mélange de bordel, de geôle et de cirque, que sera le monde de demain, si l’homme ne reconstruit pas un monde médiéval.

(209) L’écrivain réactionnaire doit se résigner à une célébrité discrète, puisqu’il ne peut plaire aux imbéciles.

(211) La seule prétention que j’aie, c’est de ne pas avoir écrit un livre linéaire, mais un livre concentrique.

Posté par Ph B à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :